Aria Persei

Filtre ❣ Sur le chemin du Souvenir
 

Le Rêve Éveillé Libre, approche de l’inconscient

Porte ouverte sur notre inconscient, partie immergée de l’iceberg, le rêve remplit, pendant la nuit, plusieurs fonctions dont certaines restent inconnues (compensation, réorientation, intégration mais aussi programmation mentale). En état de veille, les scénarios symboliques que déroule les séances Rêve Éveillé Libre peuvent aider à reconstruire la psyché.

Depuis toute petite, la symbolique du rêve éveille en moi un intérêt particulier. Il me tardait d’en continuer l’exploration auprès de Bernadette Fugier, Analyste en REL à Boussy-Saint-Antoine, dans la banlieue parisienne. Cette personnalité authentique et attachante renoua d’abord avec l’onirisme grâce au chamanisme avant de se former entre 2007 et 2013 au REL. Après 18 ans dans le monde de l’entreprise dont 13 à analyser l’inconscient des consommateurs, cette messagère humble et espiègle ouvrit son cabinet de relation d’aide qu’elle nomme «Le Chemin de l’Étoile » (nom inspiré par un REL transformateur où elle est allée décrocher son étoile).

Le cheminement du créateur

Issu d’un parcours d’ingénieur dans un grand groupe industriel, Georges Romey entame en 1952 du haut de ses 22 ans une cure en rêve éveillé dirigé, se libérant du piège œdipien dans lequel il jouait. C’est Robert Desoille qui créa cette approche en s’intéressant à l’émergence spontanée d’images en état de relaxation. Convaincu que l’inconscient trouvera lui-même les clés de guérison, Romey renonce à la nature directive de Desoille pour créer le REL en 1980. Sa méthode s’adresse à toute personne en souffrance face aux difficultés de la vie (état dépressif, deuil, séparation, difficultés relationnelles, séquelles d’IVG) ou ses grands passages (adolescence, mariage, grossesse). Chez les enfants, la cure peut rapidement dissoudre les malaises, la psychologie n’étant pas encore trop encombrée par les réseaux de fausses justifications du mental. Cette méthode s’avère aussi redoutablement efficace pour désamorcer les états d’hypersensibilité.

Rétablir l’influx interrompu

Quand un enfant est confronté à une scène qu’il ne comprend pas, les réponses neuronales sont altérées et le passage de l’influx interrompu; le souvenir est stocké mais le conscient n’y a plus accès puisque le dispositif intellectuel n’est pas encore formé. A côtés de ces traumas, l’enfant ne reçoit pas toujours de réponse satisfaisante devant ses questions sur l’origine de la vie et le caractère imprévisible du destin. Le refoulement de ces interrogations donne naissance à des degrés divers à l’angoisse existentielle, réactivée à chaque confrontation au destin. La relation harmonieuse à la vie s’en trouve altérée.

Le REL permettrait l’expression dans un état de conscience modifié l’état initial de zones neuronales habituellement inaccessibles. Les images du rêve seraient alors le révélateur de la transformation qui s’y joue. La capacité du mental à court-circuiter le processus thérapeutique est limitée par le fait qu’il ne comprend pas le sens des associations analogiques d’images. Outil de guérison et de quête spirituelle, le REL encourage à relire son passé avec un regard d’adulte, sortant de l’identification au vécu traumatique en faveur de la construction d’une personnalité plus ouverte. L’autonomisation s’y consolide.

Plongée dans le rêve

Dans une pièce sous les toits, allongée sous un duvet léger, je ferme les yeux couverts d’un masque et me laisse guider dans la phase de relaxation. Je suis ensuite invitée à laisser émerger le plus librement possible les images et sensations, sans censure, jugement ou tentative de les comprendre et à verbaliser ce qui se présente, y compris les pensées parasites (« cela ne rime à rien, il n’y a pas vraiment d’action ni de logique, etc. »). Le rêve dure une trentaine de minutes; une série d’images s’y succèdent: clapet et boule, blé, tuyau, serpent métallique, marteau, sifflet, mini-montgolfière en forme de poire, hippopotame, escargot, yeux, navire en forme de mille-pattes sans équipage, boule écrasée par un pied géant, phœnix. Il se termine de cette façon: « je revois la balle du début ensevelie assez lourdement sous un gros pied et qui ressort de sous terre à un autre endroit, comme si malgré l’écrasement lourd, je trouvais toujours une solution pour ressortir. La balle est accueillie dans une forme de nid, comme un phœnix. Elle réintègre le tronc de l’oiseau, rouge dans le centre, et les ailes plus orangées battent assez majestueusement sous la résistance du vent. »

Vient ensuite la phase d’interprétation avec la finesse d’analyse de Bernadette: « les éléments du rêve sont des parties de nous. Toutes les métamorphoses parlent des métamorphoses de l’être. Pour le moment, l’énergie est très contenue mais on sent la fonction transcendante qui veut porter du fruit ». Selon le symbolisme de Georges Romey, ce florilège d’animaux, bien qu’encore inanimé et métallique, pourrait être témoin de la remise en marche d’un processus d’individuation. La couleur orangée et la présence de rouge peuvent avoir une relation avec le repositionnement du regard sur les images parentales et le rééquilibrage des 2 versants du psychisme, l’animus (principe masculin de la raison) et l’anima (versant féminin de l’âme).

Les deux nuits suivantes, je fais des rêves nocturnes marquants symboliquement. Six jours plus tard, via Skype cette fois, je me livre à l’exercice du rêve une seconde fois. Cette fois-ci, il a un côté plus fluide et coloré. Il se termine avec l’envol d’un aigle dans le ciel. Après une nouvelle phase d’interprétation, ce qui m’interpelle est que le désir exacerbé de liberté de l’aigle pourrait bien traduire la peur d’affronter la relation au monde, être au dessus signifierait alors être hors d’atteinte de toute souffrance. Le singe est également apparu dans le rêve, comme un fou sage qui invite à la transgression des conformismes. Il pourrait bien être la clé pour sortir du schéma emprisonnant de l’agressivité manifestée par les autres animaux apparus au cours du rêve en étant le symbole de la ré-équilibration des opposés.

Qu’en espérer ?

Au cours d’une cure, certains rêves seront plus transformateurs que d’autres, notamment ceux où se présentera un franchissement de seuil, contourné par une ingéniosité rompant avec la raison. La scène sera éventuellement présidée par le Vieux Sage sous l’une de ses formes, marqueur d’une évolution radicale du rêveur et de son rapport au destin. Bernadette nous partage son avis sur l’importance de poursuivre le travail sur l’inconscient: « quand l’inconscient a compris qu’il peut lever les écluses, il en est très content! Mais l’eau monte à l’écluse suivant. Et à la suivante. D’où l’importance de défaire le noyau et finir le nettoyage ». A mon sens le REL peut être utilisé en session one-shot à tout chercheur spirituel.

Bernadette témoigne elle-même : “le REL m’a libérée d’une tristesse de fond proche d’un état dépressif. Lors d’un rêve, je me suis vue comme un petit crabe devant la déesse de la mer. Je montais le long de son bras et, arrivée au niveau de son sein, je n’arrivais pas à téter. A ce moment-là, m’est revenu à l’esprit le fait que ma mère n’avait pas pu m’allaiter. Je me suis mise à sangloter comme un bébé, comme si toute la frustration de n’avoir pu être en contact avec le sein maternel remontait et s’exprimait. Après cette séance, je me suis rendue compte que la tristesse de fond qui m’habitait depuis toujours avait disparu. Plus tard j’ai fait un autre REL dans lequel je buvais une mer de lait !” L’être s’en trouve fluidifié, les conflits énergétiques épuisants en action se dissipent. Le processus évolutif peut continuer son cours.

Bernadette Fugier, 57 chemin de la Croix Rouge à 91800 Boussy-Saint-Antoine (Paris), France, consultations par Skype possibles

0033 6 26 95 01 70, contact@lechemindeletoile.com, www.lechemindeletoile.com

Se former au Rêve Éveillé Libre

L’École Européenne du REL (EREL) forme en 2 ans des praticiens à Paris avec au programme Freud (réconciliation avec son histoire personnelle et aspects irrésolus de l’enfance), le rêve nocturne, la psychopathologie, toute la symbolique du rêve et Jung (Archétypes, fonction transcendante, processus d’individuation, réconciliation des opposés). Très développée en Bretagne, la méthode est jusqu’ici assez méconnue en Belgique.

Plus d’informations sur www.reve-eveille-libre.org

Cet article est paru dans le magazine belge BIOTEMPO, un magazine dédié à comprendre, changer et agir dans le monde du bio et surtout axé sur une philosophie de vie basée sur des valeurs de respect de chacun et de tous – le site web du magazine biotempo.bio et la page Facebook.

 

 

 

 

Aria Persei sur Instagram